Noticias de Arquitectura


Problemas entre el príncipe de Gales y el Instituto Británico de Arquitectos
agosto 21, 2009, 12:27 am
Filed under: Arquitectura Inglesa | Etiquetas:

viernes, 21 de agosto de 2009

Ya se lleva tiempo escuchando que no siempre los planes de Carlos de Inglaterra casan con los proyectos del Instituto inglés. Ahora, este ha señalado su disconformidad en cuanto a cambios que el propio príncipe ha realizado ajustándose a sus gustos personales y no a lo acordado con anterioridad.

El plan arquitectónico consiste en realizar una importante obra de un complejo de oficinas y tiendas, cercano a la catedral de St. Paul. Un presupuesto de 500 millones de libras para el director de dicho proyecto, el conocido arquitecto Jean Nouvel. Sin embargo, se asegura que supuestamente, el príncipe Carlos ha intervenido para que no sea él quien lleve a cabo el diseño, sino otro diseñador que él considera más adecuado.

El plan, llamado “One New Change”, sufre entonces, un cambio importante y al considerarse este fuera de lugar, el Instituto Británico de Arquitectos se ha quejado de forma pública tachando la acción de “descarada y perniciosa” y pidiendo “un paso atrás” al heredero de la corona.

Según Mikey Hussey, director londinense de Land Securities, empresa dedicada al desarrollo de edificios comerciales, el príncipe Carlos escribió una carta al Instituto donde se señalaba la necesidad de que “cerca de St. Paul debería haber algo brillante” y en la misma misiva recomendaba a uno de sus propios asesores arquitectónicos.

La postura del hijo mayor de Isabel II en cuanto a la arquitectura, siempre ha sido el oponerse a la arquitectura moderna así que no es de extrañar que se oponga a las ideas de Jean Nouvel, prestigioso arquitecto modernista.



Quand le prince Charles voulait empêcher Jean Nouvel de “dénaturer” Saint-Paul
agosto 20, 2009, 7:45 pm
Filed under: Nouvel | Etiquetas:

LE MONDE | 19.08.09 | 17h46

ondres, correspondant

Le prince Charles est un homme de convictions, aux opinions architecturales très arrêtées. Ainsi, en 2005, l’héritier au trône d’Angleterre a tenté d’empêcher l’architecte Jean Nouvel de construire un immeuble de verre et d’acier adjacent à l’illustre cathédrale Saint-Paul, au coeur de Londres. Le fils aîné d’Elizabeth II avait écrit au directeur général de Land Securities, promoteur du projet One New Change, pour écarter Nouvel en invoquant la nécessité de “permettre à la cathédrale Saint-Paul de briller” avec un projet qui la mettrait mieux en valeur.

// //

//

L’ingérence de l’héritier présomptif de la Couronne vient d’être révélée dans l’édition du 17 août du quotidien The Guardian, qui cite Mike Hussey, alors responsable londonien de la société immobilière. “Le prince n’avait pas vu le plan, explique M. Hussey. Il s’est plaint de la sélection des architectes. Il ne voulait pas d’un moderniste.” De plus, l’ancien promoteur accuse Son Altesse Royale d’avoir fait pression sur ses supérieurs pour remplacer Nouvel par son architecte préféré, Quinlan Terry, adepte des matériaux traditionnels, comme la brique et la pierre. “Son intervention était inappropriée et nous avons décliné sa proposition”, insiste l’ancien dirigeant de Land Securities. Le bâtiment de Nouvel est actuellement en cours de construction.

PROCESSUS FAUSSÉ

Depuis la diffusion, en 1988, d’un film qu’il avait réalisé, le prince de Galles n’a eu de cesse de combattre les méfaits, à ses yeux, des architectes modernistes. Sa dernière intervention (Le Monde du 22 juin) a eu raison de l’ambitieux projet des Chelsea Barracks, une caserne désaffectée de l’ouest de la capitale.

A la suite d’une lettre envoyée par le prince au propriétaire, l’émir du Qatar, le maître d’oeuvre Richard Rogers a été limogé. Parmi les candidats retenus pour le remplacer figurent d’ailleurs une poignée d’inconditionnels de la vision traditionnelle chère à S.A.R.

“Le prince ne doit pas donner son opinion, car elle fausse le processus de planification” : la prestigieuse Royal Institute of British Architects a ainsi dénoncé l’oukase lancé, en 2005, par le futur Charles III contre le concepteur français. L’association professionnelle voit derrière cette campagne princière l’influence rétrograde de la Prince’s Foundation for the Built Environnment, l’organisation caritative de promotion de l’architecture classique qu’il a créée.

Jean Nouvel avait été choisi à l’issue d’un concours international. Son projet entrait parfaitement en symbiose avec le paysage autour du chef-d’oeuvre de Christopher Wren. Surtout, le célèbre bâtisseur bénéficiait du soutien de la Corporation of London, l’organisme gestionnaire de la City, où est située la cathédrale Saint-Paul.

Se définissant comme un dissident, le prince de Galles n’avait pas hésité à défier sa propre mère sur ce dossier. En effet, en 2001, Elizabeth II avait décerné à Jean Nouvel la médaille d’or royale pour service rendu à l’architecture. A titre personnel…

Marc Roche


El Príncipe Carlos también dice “no” a Nouvel
agosto 20, 2009, 7:42 pm
Filed under: Nouvel | Etiquetas:

Pide que se rechace su proyecto junto a la Catedral de San Pablo

M. MATO Haber recibido el premio Pritzker de arquitectura y ser autor de algunos de los edificios más bellos del planeta en las últimas dos décadas, por extraño que parezca, no ha puesto a todo el mundo a los pies del francés Jean Nouvel. De los más de 211 proyectos desarrollados por su estudio en los últimos 38 años, alrededor de 144 están aún a la espera de ser construidos, muchos de ellos, convertidos en papel apolillado a pesar de haber ganado concursos de ideas. Uno de ellos, “Peirao XXI”, iba a situarse en el litoral vigués hasta que la actual presidenta del Puerto de Vigo, Corina Porro, analizó la macroiniciativa y decidió darle carpetazo por “fantasiosa e inviable”. Claro que su opinión no es compartida por el alcalde, Abel Caballero, promotor de la idea y que la considera imprescindible, al igual que el ministro de Fomento, José Blanco.
Porro, sin embargo, no es la única que dice “no” a Nouvel. El mismo Príncipe de Gales presionó todo lo que pudo para que el arquitecto renunciase a un proyecto de zona comercial y oficinas junto a la Catedral de San Pablo en Londres. Cristal en acabado mate y una gran plaza al aire libre en el tejado para disfrutar de unas vistas totalmente diferentes de la Catedral contigua son los puntos fuertes de un diseño ultramoderno firmado por Nouvel y cuya construcción avanza.
El arquitecto había elegido para su obra la denominación de “Un nuevo cambio”, una propuesta que horrorizó al Príncipe de Gales, harto de que en la city se multipliquen los edificios de vanguardia ensombreciendo –según su parecer– las clásicas estructuras arquitectónicas.
Según ha desvelado el diario británico The Guardian, el Príncipe Carlos envió una carta privada a los promotores comerciales Land Securities (que promovieron un concurso de ideas para la zona comercial) con el fin de hacerle ver al director, Mike Hussey, que el diseño elegido había sido el más “erróneo” de todos.
Como crítica constructiva, señalaba también en la misiva que el diseño en la zona debería permitir “a San Pablo (catedral donde se casó con la fallecida Lady Di en 1981) relucir de forma brillante”, por lo que ofrecía a sus propios consejeros arquitectónicos, más acordes con las formas tradicionales y no con la innovación y líneas contemporáneas de Nouvel.
Al heredero de la corona inglesa, de poco le valieron las palabras del creador francés, quien asegura que “el diseño de ´Un nuevo cambio´ trata de enriquecer la City con un nuevo toque de modernidad, uno que alcance a hablar por sí solo para contemplar y revelar el carácter diverso de los alrededores. Es un edificio contemporáneo que creará un diálogo con [la catedral de] San Pablo y sus edificios anexos”.
El Príncipe Carlos obvió las metáforas y verborrea del arquitecto francés en su carta. Cuenta el director Mike Hussey que el ex marido de Lady Di “me escribió una carta cuando acabábamos de seleccionar a Nouvel sugiriendo que deberíamos conocer a sus arquitectos preferidos. Él no había visto el proyecto; simplemente se quejaba de la selección del arquitecto. No quería uno modernista”. A pesar de sus sugerencias, el proyecto de Nouvel [creador de la torre Agbar en Barcelona] en la city prosigue.
Este mismo año, se conocía también que el Príncipe Carlos había querido boicotear el proyecto de otro grande de la arquitectura mundial Richard Rogers. Este ganador del Premio Pritzker había desarrollado un complejo residencial de cristal y acero en el corazón de Londres que contaba con el apoyo de la familia real de Qatar.



Carlos de Inglaterra intentó bloquear al arquitecto Jean Nouvel
agosto 20, 2009, 7:37 pm
Filed under: Nouvel | Etiquetas:

Por Agencia EFE – hace 3 días

Londres, 17 ago (EFE).- El príncipe Carlos de Inglaterra intentó bloquear un proyecto del famoso arquitecto francés Jean Nouvel en las inmediaciones de la catedral londinense de San Pablo.

Ver nota completa



Arquitectura: Que va faire Jean Nouvel de l’ïle Seguin?
julio 27, 2009, 3:13 pm
Filed under: Arquitectura Francesa, Nouvel | Etiquetas:
C’est Jean Nouvel qui hérite du projet de l’île Seguin à Boulogne. La vision de l’archistar sera-t-elle à la hauteur de ce “symbole du mouvement ouvrier français”?
Le 25 juillet 2009- par Claire Moulène

Depuis la fermeture des usines Renault en 1992, l’île Seguin à Boulogne-Billancourt est une forteresse à prendre. Après des dizaines de projets avortés (Fondation Pinault, parc de sculptures, pôle de recherche scientifique), c’est finalement l’architecte Jean Nouvel qui reprend les rênes du projet au poste d’architecte urbaniste coordonnateur.

Nouvel, qui compte aujourd’hui parmi les architectes les plus prisés du moment (en 2008, il a obtenu le prestigieux prix Pritzker), s’intéresse à l’île Seguin depuis plus de dix ans. En 1999, il publie dans Le Monde une tribune incisive intitulée “Boulogne assassine Billancourt”. “Aujourd’hui, qui assume la responsabilité morale de ne pas laisser oublier ou salir un symbole majeur du mouvement ouvrier français ?” interpelle Jean Nouvel. Plus loin, c’est “aux étudiants et architectes des projets de demain” qu’il fait appel : “Le temps des rénovations au bulldozer est révolu. Si vous laissez raser l’île Seguin, vous augurez mal la conscience urbaine qu’on attend de vous.”

Comble de l’ironie, dix ans plus tard, c’est lui qui se retrouve à la tête de la coordination d’un projet dont la mue, depuis la fin des années 90, s’est avérée douloureuse. Pire, après l’abandon par François Pinault (en 2005) de son projet de fondation dessinée par l’architecte Tadao Ando, les bâtiments de l’ancienne usine Renault ont été démolis et le site entièrement dépollué. Aujourd’hui, plutôt qu’à un haut lieu de la mémoire ouvrière, le projet porté par une société d’économie mixte (SAEM) qui réunit la ville de Boulogne-Billancourt, le département des Hauts-de-Seine et la Caisse des dépôts et consignations ressemble à un complexe culturel.

Ce gigantesque chantier, qui devrait prendre fin en 2015, compte un pôle cinéma, un pôle musical (avec deux salles de spectacle et des studios d’enregistrement), un pôle d’art numérique ainsi qu’un jardin de 4 hectares. Objectif : faire de l’île Seguin l’un des piliers du Grand Paris et de la “Vallée de la culture” défendus par Nicolas Sarkozy le 29 avril à la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Résultat : pour d’aucuns, Jean Nouvel n’est rien de moins qu’un architecte d’Etat. Pour les Verts de Boulogne-Billancourt, par exemple, “il est l’architecte des présidents, qui a fait l’Institut du monde arabe pour François Mitterrand et le musée du Quai Branly pour Jacques Chirac”. Si Jean Nouvel n’est plus à coup sûr le “militant défenseur d’un intérêt général” tel qu’il se définissait à l’époque, on peut néanmoins espérer qu’il saura porter avec passion et conviction un projet culturel et architectural exigeant.



La tour “Verre” imaginée par l’architecte Jean Nouvel à New York, contestée.
julio 24, 2009, 4:10 pm
Filed under: NY | Etiquetas:

23/07/2009

Les blogs américains relatent les contestations autour du projet de gratte ciel attenant au MoMA

A l’origine le projet de l’architecte français Jean Nouvel, Pritzker Prize, a été retenu.

Il s’agit d’un beau projet dans la pure tradition du style “Nouvel”.

Mais surgissant de nulle part un contestataire architecte; John Beckmann, responsable de l’agence Axis Mundi, reproche au projet; une trop grande hauteur. L’affaire est grave. Une confrontation de l’architecte lauréat, Jean Nouvel et de son opposant se tenait ce 22 juillet 2009 à New York devant la commission d’urbanisme. Trois minutes étaient accordées à chacun.



Jean Nouvel désigné grand architecte de l’île Seguin
julio 17, 2009, 11:00 pm
Filed under: Arquitectura Francesa | Etiquetas:

Propos recueillis par Bruno Monier-Vinard

Jean Nouvel désigné grand architecte de l'île Seguin

Le Français Jean Nouvel orchestrera l’aménagement urbain de l’Île Seguin © Taamallah Mehdi / Abaca

Nouveau succès pour l’architecte français Jean Nouvel ! En lice avec cinq autres cabinets (Jacques Ferrier, Djamel Klouche, Rem Koolhaas, Winy Maas, Nicolas Michelin), le prix Pritzker 2008 a été désigné mardi 7 juillet par la SAEM Val-de-Seine pour orchestrer l’aménagement urbain de l’île Seguin, ancien site des usines Renault à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine.

lepoint.fr : Déjà lauréat du concours de la tour Signal à La Défense, vous serez aussi le chef d’orchestre du projet de l’Iîe Seguin. Quelles seront ses grandes lignes ?

Jean Nouvel : Je vais m’employer à sortir l’île Seguin de sa torpeur, fruit de longues tergiversations et décisions contradictoires. Je veux faire de cet endroit qui s’inscrit au coeur de la “Vallée des arts et de la culture” du conseil général des Hauts-de-Seine, un laboratoire grandeur nature de mes propositions pour le Grand Paris. Ceci, dans le sillage du discours de Nicolas Sarkozy , prononcé le 29 avril dernier à la Cité de l’architecture.

C’est-à-dire ?

Mixité et développement des énergies renouvelables, dans un bon dosage de ces activités, seront les maîtres mots de cette écocité. Elle sera, à l’échelle de l’île, le premier lieu urbain francilien qui va marier les plaisirs de la nature et ceux de la ville. Prévu pour accueillir des bâtiments publics et privés (ateliers d’artistes, étudiants, logements, hôtels), cet endroit ne subira pas la loi du marché en étant transformé en un banal lotissement, où se juxtaposent des projets autonomes et orphelins. Ma mission est d’apporter du liant à sa composition générale, caractérisée par sa dimension humaniste et paysagère. L’activité culturelle s’y retrouvera à chaque extrémité : une très grande salle de musique populaire cohabitera ainsi avec une fondation artistique, de moindre envergure toutefois que celle envisagée, un temps, par François Pinault (propriétaire du Point, NDLR).

Quelle place pour le développement durable dans ce projet ?

En collaboration avec le paysagiste Michel Desvigne, nous allons révéler l’intériorité et le mystère de l’île en créant un immense jardin central avec une place ouverte qui organisera les activités commerçantes : bars, restaurants, galeries, boutiques des créateurs de mode… Doté de son propre microclimat, cet espace public sera coiffé d’une grande serre ouvrable qui utilisera l’énergie solaire, active et passive. De véritables champs de panneaux solaires recouvriront aussi les espaces culturels et nous exploiterons les ressources de l’eau et de la géothermie. Nous positionnerons les activités au plus près des gares de transport (tramway, métro…), afin de réduire les déplacements.

Quelles seront les contraintes architecturales ?

Mon rôle est ici de créer une harmonie, une continuité urbaine comme celle qui existait auparavant avec l’espace industriel. Avec Matthieu Poitevin, nous allons ainsi honorer la mémoire de l’île bâtie sur son socle, par une façade réinterprétée, rythmée par des cadrages sur l’eau, sur les rives ou d’une rive à l’autre. Nous mettrons en évidence le rapport à l’eau avec la promenade des rives. D’immenses terrasses plantées, plus grandes que les immeubles qui les supportent, seront des lieux de fitness, rencontres, restauration, offrant au public des vues sur le skyline parisien, la forêt de Meudon, l’ancien Trapèze Renault de Boulogne-Billancourt…

Le calendrier du projet est-il arrêté ?

Nous utiliserons au plus vite le potentiel des surfaces légalement constructibles, et réaliserons dès que possible le jardin avec Michel Desvigne. Le reste du calendrier de l’opération est lié à l’évolution économique et à celle du marché immobilier dans les prochains mois.



Jean Nouvel, grand coordonnateur du réaménagement de l’île Seguin
julio 17, 2009, 10:54 pm
Filed under: Arquitectura Francesa | Etiquetas:

De Pascale MOLLARD-CHENEBENOIT (AFP) – 8 juil. 2009

PARIS (AFP) — Ancien siège des usines Renault à Boulogne-Billancourt à présent rasées, l’île Seguin a désormais un architecte en chef, Jean Nouvel, chargé de donner une cohérence à la transformation de ce lieu symbolique pour la mémoire ouvrière en “île de tous les arts”.

La désignation de Jean Nouvel comme coordonnateur des projets sur l’île Seguin constitue “un grand pas en avant”, a déclaré mercredi à l’AFP Pierre-Christophe Baguet, maire UMP de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Architecte star, prix Pritzker 2008, Jean Nouvel a été choisi mardi par la Saem Val de Seine Aménagement, la société d’économie mixte propriétaire des terrains.

Outre les Ateliers Jean Nouvel, cinq autres cabinets d’architectes de renommée internationale avaient été présélectionnés en mai pour remettre une offre: l’Agence Nicolas Michelin et Associés, AUC-Djamel Klouche, Jacques Ferrier Architecture, MVRDV (Winy Maas) et OMA (Rem Koolhaas).

“Toutes les offres étaient de grande qualité. Mais celle de Nouvel se détachait par sa réflexion sur l’intégration de l’île dans le site, par sa prise en compte de la Seine”, a estimé M. Baguet. L’aménagement de l’île Seguin “sera le premier geste culturel fort du Grand Paris”, selon lui.

Lors de son discours sur le Grand Paris en avril, le président Nicolas Sarkozy a évoqué l’île Seguin, “dédiée à tous les arts, dont la forme urbaine sera elle-même un monument”.

Jean Nouvel s’intéresse depuis des années à cette bande de terre de 11,5 hectares. Il y a dix ans, l’architecte avait publié dans Le Monde une tribune retentissante intitulée “Boulogne assassine Billancourt”. Il s’indignait que les usines puissent être rasées et apostrophait le maire de l’époque Jean-Pierre Fourcade, estimant que son “sens de la propreté petite-bourgeoise” et “son dédain giscardien du monde ouvrier” l’aveuglaient sur ce dossier.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts de l’île Seguin. Et ce sont les Verts de Boulogne-Billancourt qui critiquent aujourd’hui Jean Nouvel, “architecte des présidents”, qui “a fait l’Institut du Monde Arabe pour François Mitterrand et le Musée du Quai Branly pour Jacques Chirac”.

“Ne faut-il pas voir dans sa désignation (…) plus le fait de plaire à l’Elysée que de penser à un réel projet urbain rénovateur pour cette île?”, se demandent les Verts dans un communiqué.

Jean Nouvel, qui n’était pas joignable mercredi, sera chargé de “mettre du liant” entre les différents projets prévus sur l’île par la nouvelle équipe municipale arrivée en mars 2008, a expliqué le maire.

A un bout de l’île, doit être créé un pôle musical porté par le Conseil Général des Hauts-de-Seine. Il est prévu de construire une salle de 800 places pour la musique classique et une salle de 3.500 à 5.000 places pour des comédies musicales.

A l’autre bout, un pôle d’art contemporain sera porté par le ministère de la Culture, avec l’édification d’un grand hall d’exposition. Il sera entouré de galeries d’art privées.

Renault, qui possède encore 1.000 m2 sur l’île, pourrait être disposé à y installer sa fondation d’art contemporain, a indiqué M. Baguet.

Un pôle de cinéma et un “jardin extraordinaire” d’environ quatre hectares, devraient également être construits. Ainsi qu’un hôtel et une résidence pour artistes. Des bureaux regrouperont des entreprises tournées vers le numérique et les médias.

Alors que les usines Renault sont fermées depuis 1992, l’île a eu du mal à se remettre du départ de l’homme d’affaires François Pinault qui a renoncé en 2005 à y installer sa fondation d’art contemporain.



Jean Nouvel relance “L’Architecture d’Aujourd’hui”
junio 20, 2009, 6:08 pm
Filed under: Arquitectura Francesa, Nouvel | Etiquetas: ,
17 JUIN 2009
TEXTE: Anne-Marie Fèvre
L’Architecture d’Aujourd’hui Jean Nouvel François Fontès

“AA”, glorieuse revue française de l’architecture créée en 1930, va reparaître en septembre, parrainée par l’architecte français. Avec un comité de rédaction ouvert à diverses tendances de cette discipline.

Dans L”Architecture d’aujourd’hui” N°1 qui paraît en novembre 1930, André Bloc écrit: “En créant un nouveau périodique, nous avons voulu assurer à l’architecture moderne et à celle-ci seulement, la publicité qui lui est indispensable.” Bloc, personnage de légende a animé cette revue de toute sa verve critique, en défendant Le Corbusier, en l’ouvrant à des correspondants étrangers. “Il a toujours eu l’intelligence de pratiquer des failles salvatrices dans le dogme de chaque époque” explique l’architecte Claude Parent. La bande à Bloc n’a jamais été une mafia, mais une réunion de famille turbulente, libre, et ouverte à toutes les inventions ou hypothèses sur l’architecture.”

C’est cette “famille  turbulente”, que Jean Nouvel voudrait  recréer en 2009. Car cette revue mythique a failli mourir (ainsi que “Techniques et architecture” il y a un an, quand leur éditeur Jean-Michel Place a dû les liquider. Nouvel a alors entraîné son ami François Fontès, architecte et promoteur à Montpellier, à racheter ” le monument AA pour le sauver”, avec le stratège-entrepreneur Alexandre Allard. Pour un 200 pages bimestriel qui paraîtra en septembre, 1 million d’euros ont été engagés. Bonne nouvelle.

Mais la profession craint que cette revue soit l’instrument du seul Nouvel qui règlerait ses comptes. En choeur, le trio se défend: “Non, ce ne sera pas une revue clanique, nous voulons garder l’esprit international d’André Bloc. En pratiquant une ouverture aux différentes tendances de l’architecture, qui sera regardée de manière transversale, en liaison avec l’art, le design et toutes les pensées, loin de toute pétrification ou contemplation. Pour informer, créer des débats, avec humour.” Cette démarche sur le papier sera complété par le Net.

Dans la  famille de pensée qui est déjà constituée pour commencer, on trouve le parrain Claude Parent évidemment,  Rudy Riciotti, Lacaton et Vassal, Patrick Bouchain et  la French Touch, collectif de jeunes architectes français qui s’expriment dans un numéro zéro de la revue titré”Le journal d’un regardeur”. Ricciotti y voit “une tribune de combat contre les malédictions à venir.”

Le critique Patrice Goulet, grand défenseur de Nouvel, qui très jeune a travaillé à AA, a dirigé Archi-Créé, a visité toutes les architectures du monde pour mieux les défendre (ou les descendre), sera le passeur des premiers numéro de la revue. “Son engagement se lira dans ce qu’elle publiera”, déclare-t-il. AA ne craint pas les opinions divergentes, ni les polémiques, ni les procès, ni les bastons,” dit encore la réclame. On attend donc septembre pour voir si notre prix Pritzker national 2008 acceptera d’être un arroseur arrosé

www.larchitecturedaujourdhui.fr



“L’architecture d’aujourd’hui” reparaît, sous l’impulsion de Jean Nouvel
junio 17, 2009, 1:15 am
Filed under: Nouvel | Etiquetas:

Il y a 7 heures

PARIS (AFP) — “L’architecture d’aujourd’hui”, revue prestigieuse de référence datant de 1930 et qui a cessé de paraître il y a un an, sera relancée en septembre sous l’impulsion notamment de l’architecte Jean Nouvel qui l’a annoncé mardi à la presse.

La revue, marquée à ses débuts par les théories du Corbusier, “a été la première à mettre l’architecture en relation avec d’autres champs que l’architecture. Nous voulons conserver cet esprit et le réactualiser”, a indiqué M. Nouvel, membre du comité éditorial avec Shigeru Ban, Frank Gehry, Philippe Starck ou Rudy Ricciotti.

“L’architecture d’aujourd’hui”, dont le premier numéro paraîtra en septembre, sera une revue bimestrielle, disponible sur abonnement et en kiosques (25 euros le numéro), bilingue français-anglais et prolongée par un site internet avec notamment des débats et des blogs.

Le titre a été racheté 1 million d’euros par Alexandre Allard, un homme d’affaires propriétaire notamment de l’hôtel Royal Monceau et un architecte de Montpellier, François Fontès, qui sont directeurs de la publication.

Son objectif, avec un million d’euros pour relancer le titre, est d’égaler les ventes antérieures, entre 13.000 et 18.000 exemplaires.

La revue sera “ouverte, transversale”, regardant “l’architecture avec différents regards” comme ceux d’intervenants venus de la mode, de la cuisine ou du design, parlant d’arts plastiques, d’inventions techniques ou du monde des idées, ont indiqué les trois initiateurs du projet.

Chaque numéro de 200 pages environ, consacré à un grand thème (le Grand Paris, la vie dans les tours, l’architecture chez les pauvres…) parlera actualité, accueillera tribunes et projets avec de nombreuses photographies, laissant “la plus large place possible à toutes les tendances”, selon ses responsables qui assurent qu’il ne s’agit “pas de la revue de Jean Nouvel”.