Noticias de Arquitectura


Niemeyer, el arquitecto de las curvas
agosto 21, 2009, 12:28 am
Filed under: Niemeyer | Etiquetas:

Por Susana Reinoso

De curvas está hecho el Universo, dice el célebre arquitecto y artista brasileño Oscar Niemeyer, que a sus 101 años aún se declara atraído por “la curva libre y sensual” que es la de las montañas, los ríos y el mar de su país. Tanto es así que su autobiografía, publicada en 1998, se titula Las curvas del tiempo. Una muestra que tiene como centro al creador que diseñó Brasilia, la capital del vecino país, abrirá hoy, a las 19, en la galería Portinari, de la Fundación de Estudios Brasileños (Funceb). “Inventar y vivir: Oscar Niemeyer en Pampulha” es una muestra singular, ideada por la curadora Tereza Bruzzi y montada por Alysson Felipe Amaral, que estará abierta hasta el 19 de septiembre. La exposición ya estuvo en Belo Horizonte, una de las ciudades del norte brasileño con resonancias más africanas, y tuvo una enorme repercusión. Los paneles fotográficos instalados en la Funceb exhibirán las cuatro obras curvas y majestuosas de Pampulha (Belo Horizonte), que marcó la entrada de Brasil en la arquitectura moderna mundial. Son la Iglesia de San Francisco, La Casa de Baile, el Casino y el Yacht Club.

Niemeyer es el artista que hizo arte del cemento, explorando todas sus posibilidades estéticas y constructivas. Sus huellas se hallan en varios países. La muestra en Buenos Aires, que estará compuesta por fotos, objetos y textos, recorre desde la mágica invención a partir de la nada, la arquitectura imaginada que da forma al sueño y concluye en la materialidad de la obra. Además de la exposición, habrá en la Funceb, hasta septiembre, un ciclo cultural con documentales y conferencias en las que se evaluará su obra.

Niemeyer nació en Río de Janeiro. Con 70 años de vida profesional, sus pasiones confesas son la arquitectura y la política. En 1937 diseñó su primera obra en Río. Y hace dos años inauguró la más reciente: el Teatro Popular de Niteroi. En julio de 2010, el Centro Cultural Internacional que diseñó en Avilés, España, estará operativo con museo incluido. En tanto, en Rosario, la crisis obliga a posponer el inicio del Puerto de la Música, soñado por Niemeyer a orillas del Paraná.

sreinoso@lanacion.com.ar



El arquitecto Oscar Niemeyer recibe alta después de cuatro horas internado
junio 13, 2009, 4:03 pm
Filed under: Niemeyer | Etiquetas:

El arquitecto brasileño Oscar Niemeyer, de 101 años, fue ingresado hoy en un hospital de Río de Janeiro con dolores lumbares, pero fue dado de alta cuatro horas después, informaron fuentes médicas.

El creador de Brasilia y de decenas de proyectos regados en todo el mundo llegó al Hospital Cardiotrauma, en el barrio carioca de Ipanema, aquejado por dolores en la columna vertebral y los médicos optaron por ingresarle, en prevención por su avanzada edad.

Nacido en Río de Janeiro en 1907, Niemeyer fue uno de los más influyentes arquitectos del mundo durante el Siglo XX y uno de los primeros en explorar los recursos del hormigón armado.

La curva está presente en todos sus trabajos y se considera que su obra cumbre fueron los proyectos de los edificios institucionales y los palacios de Brasilia, capital brasileña creada de la nada en medio de una región desértica del altiplano central de Brasil y que celebrará sus primeros 50 años en abril del 2010.

“El ángulo recto no me atrae. La línea recta, dura, inflexible, creada por el hombre, sí”, ha declarado muchas veces este aventajado alumno del francés Charles Edouard Jeanneret, conocido como Le Corbusier y considerado el “padre” de la arquitectura moderna.

Los médicos que atendieron a Niemeyer le sometieron a una serie de exámenes y dijeron que su estado de salud es “excelente”, a pesar de los achaques propios de una persona que cumplirá 102 años en diciembre próximo.

En los exámenes solo se comprobó una ligera distensión muscular, por lo que le han sido diagnosticados analgésicos y otros remedios, dijeron los médicos del Hospital Cardiotrauma.



Oscar Niemeyer: Una visión de la arquitectura
mayo 27, 2009, 1:24 am
Filed under: Niemeyer | Etiquetas:

Publicada a las 02:30 AM del 25 de Mayo de 2009 |  La Voce de Italia

Oscar Niemeyer es uno de estos genios del mundo, la mayor referencia arquitectónica del modernismo en el continente, una leyenda viva. Y lo mejor es que la Embajada de Brasil en Venezuela, el Museo de Arte Contemporáneo de Caracas (MAC), el Museo de Arquitectura y El Instituto Cultural Brasil Venezuela presentarán en el país una retrospectiva de su obra. La exposición recoge desde las primeras manifestaciones de la arquitectura moderna en Brasil, hasta los proyectos más recientes de Niemeyer, entre los que destacan museos y memoriales. Y fue inaugurada este 21 de mayo de 2009, en el Museo de Arte Contemporáneo de Caracas.

La muestra, constituida por croquis, maquetas y fotografías (tomadas por su nieto Kadu Niemeyer) refleja el espíritu vanguardista de este arquitecto centenario, quien, entre sus numerosos trabajos, proyectó la mayoría de los edificios institucionales y los palacios de la capital brasileña, Brasilia, el Sambódromo de Río de Janeiro, e inclusive un Museo de Arte Moderno para Caracas. La exposición en Caracas dedicará un espacio a la relación del artista y creador brasileño con la arquitectura venezolana, además de una sección infantil.

Para él, la arquitectura nace de un trazo “y cuando es bello y crea sorpresa, ella puede alcanzar… el nivel superior de una obra de arte”. Niemeyer es tan importante que países como Argentina, Chile, Francia, Italia e Inglaterra, además de Brasil, albergan majestuosas obras suyas, pertenecientes a distintas fases de su trayectoria y con la particularidad de haber sido diseñadas considerando cada detalle específico de su entorno y propósito, sin imitar, sin repetir.



Niemeyer presenta su proyecto para la gran biblioteca árabe-sudamericana
mayo 22, 2009, 3:08 am
Filed under: Niemeyer | Etiquetas:

El célebre arquitecto brasileño muestra su propuesta “sorprendente y emocionante” para el futuro edificio que se construirá en Argelia

21/05/2009 | Actualizada a las 20:23h | Cultura

Río de Janeiro. (EFE).- El célebre arquitecto brasileño Óscar Niemeyer presentó en Río de Janeiro, por medio de un representante de su estudio, su propuesta “sorprendente y emocionante” para la futura Biblioteca de los Países Árabes y Sudamérica, que se construirá en Argelia.

La presentación fue realizada en el marco de la II Reunión de Ministros de Cultura de Sudamérica y los Países Árabes, que tiene la creación de esta biblioteca como uno de los principales objetivos de cooperación entre ambos bloques.

El representante del estudio de arquitectura de Niemeyer explicó que la propuesta busca “la belleza de la asimetría” y se basa en la sorpresa y la emoción “porque de lo contrario, no sería una obra de arte”.

A sus 101 años, Niemeyer sigue creando en su estudio en Río de Janeiro diseños de obras para Brasil y el exterior.

El diseño de la biblioteca se compone de un edificio central donde se ubicaría la biblioteca como tal y a cada lado, unidos por una estructura curva, un auditorio y una sala de exposiciones.

El proyecto incluye también un espacio residencial para que puedan instalarse los investigadores que acudan a la biblioteca para realizar sus trabajos.

La gran biblioteca se construirá en una superficie de cinco hectáreas en la localidad costera de Zeralda, cerca de la capital argelina, y la financiación de su estudio y su construcción correrá a cargo de Argelia.

En el proyecto participan los 24 países de la Liga Árabe y 12 de América del Sur, aunque la comisión encargada de concretarlo tiene una composición más reducida.

Esta comisión será la encargada de elegir entre los diferentes proyectos presentados por varios arquitectos para que pueda comenzar la construcción de la biblioteca.

Por su parte, el representante de Niemeyer subrayó durante la presentación del proyecto los fuertes lazos que unen al arquitecto brasileño con Argelia “que lo acogió como a un hermano cuando tuvo que salir de Brasil hace 30 años por la situación política”.

Precisamente para este país el centenario creador levantó la Universidad de Constantine y el Centro Cívico de Argel y diseñó también un vanguardista proyecto para la Mezquita de Argel que finalmente no llegó a realizarse.



ARCHITECTURE – Redécouvrons les bâtiments d’Oscar Niemeyer à São Paulo
marzo 26, 2009, 4:13 am
Filed under: Niemeyer | Etiquetas:

mercredi 25 mars 2009

Dans le courant des années 50, São Paulo a été un véritable laboratoire d’expérimentation pour l’architecte carioca Oscar Niemeyer, dont l’œuvre est actuellement honorée par le SESCSP. Du parc Ibirapuera aux bâtiments commerciaux et résidentiels en centre ville, la capitale pauliste recèle des trésors signés du maître.

Oscar Niemeyer – photo E. Boudet (LPJ)
En 1954, São Paulo s’apprête à souffler ses 400 bougies. Dès 1951, pour fêter dignement son anniversaire, la ville a commandé à l’architecte Oscar Niemeyer la conception d’un parc avec des pavillons d’exposition : Ibirapuera. Alors âgé de 44 ans, il jouit déjà d’un grand prestige international après avoir projeté le Pavillon du Brésil à la foire mondiale de New York (1939), et l’ensemble de Pampulha à Belo Horizonte (1940), sollicité par le maire de la ville, Juscelino Kubitschek. Devenu président de la République, en 1956, ce dernier fera appel à Niemeyer pour dessiner la future capitale Brasilia.
Au début des années 50, c’est dans une São Paulo en forte croissance, scène de débats passionnés sur la construction d´une nouvelle identité nationale, que Niemeyer va affirmer la liberté formelle de son architecture. Immergé dans la verdure, chaque bâtiment qui compose l´ensemble du parc Ibirapuera est en soi un poème de béton, lié aux autres par une immense marquise. De la Oca, remarquable de simplicité par sa demi rotonde posée à même le sol, au Pavillon de la Biennale qui abrite en son cœur un splendide ballet de rampes, c’est toute la joie créative de l’architecte qui s’exprime. De l’autre coté du parc, l’immeuble du Detran, également de lui, affiche en contraste une imposante austérité.
Niemeyer ne se limite pas alors à la commande publique. Face à un marché immobilier en franche expansion, il ouvre en 1951 une filiale à São Paulo, pilotée par l’architecte Carlos Leme et avec pour principal client la Banque Nationale Immobilière.

Auditorium d’Ibirapuera – photo E. Boudet (LPJ)

A la conquête du marché privé
Motivés par la verticalisation accélérée de la ville, 5 projets de bâtiments à usage mixte y sont développés entre 1951 et 1956. Parmi eux, le Copan, finalisé en 1956, deviendra l’un des symboles de São Paulo. Ville dans la ville devenue culte, la plus grande structure en béton armé du Brésil abrite aujourd’hui plus de 5000 habitants. Moins connus, les 4 autres bâtiments témoignent des positions de l’architecte face aux contraintes d’un terrain bien délimité et d’un programme très dense. Ainsi, l’immense façade de verre de l’édifice Triangle (1954), rappelle certains buildings new-yorkais alors que l’édifice Montréal (1954), implanté en angle, déploie une façade de brise-soleil. Quant à l’édifice Eiffel (1956), il surprend par la densité apportée à un terrain en longueur plutôt ingrat. Certes moins élégant avec ses poteaux en V mal proportionnés, le California (1955) présente néanmoins des balcons percés originaux.
Niemeyer reviendra bien plus tard à São Paulo, dans les années 80, pour y construire le Mémorial de l’Amérique Latine (1989) et le complexe du Sambodrome (1991). Mais c’est surtout plus récemment, avec la construction de l’Auditorium d’Ibirapuera (2002), que la mégapole a retrouvé la virtuosité du maître. Pierre manquante au parc des années 50, ce magnifique prisme sous le soleil à la langue de feu vient encore une fois prouver que le génie n’est pas affaire d’âge mais d’intensité créative.
Emilie BOUDET (http://www.lepetitjournal.com – São Paulo) mercredi 25 mars 2009

Façade de l’édifice Copan
Photo E. Boudet (LPJ)

Programmation spéciale les bâtiments de Niemeyer à Sao Paulo, au SESC Paulista
SESC Paulista : av. Paulista, 119 Paraíso São Paulo – SP tel.: 11 3179-3700

Conférence avec Luiz Antonio Recamán Barros, architecte philosophe, professeur spécialiste de l’œuvre d’Oscar Niemeyer
Mercredi 25/03 à 19h30
Gratuit, billets à retirer 1h avant.
http://www.sescsp.org.br/sesc/programa_new/mostra_detalhe.cfm?programacao_id=148635

Visite guidée des principaux bâtiments de Niemeyer
Samedi 18/04/09. Départ à 9h.
http://www.sescsp.org.br/sesc/programa_new/mostra_detalhe.cfm?programacao_id=146901

Adresses des bâtiments de Niemeyer cités dans l’article
Parc Ibirapuera :
Av Pedro Alvares Cabral
Edifice Copan : Av Ipiranga 200, Republica
Edifice Triângulo :
Rua José Bonifácio, 24
Edifice Eiffel : Praça da República
Edifice Montreal : Croisement de la rue Ipiranga avec la rue Conceiçao
Mémorial de l’Amérique Latine : Av Auro Soares de Moura Andrade, Barra Funda
Sambodrome : Av Olavo Fontoura, 1209, Barra funda



El equipo de Niemeyer quiere aplicar en otros proyectos la técnica de la cúpula avilesina
marzo 18, 2009, 3:41 am
Filed under: Niemeyer | Etiquetas:

Los brasileños destacan la rapidez de ejecución que permite el hinchado de una membrana, que reduce de ocho a tres meses el plazo de obra

E. CAMPO
El sistema de construcción de la cúpula del centro Niemeyer, en Avilés, mediante una membrana hinchable en cuyo interior se proyecta el material, puede marcar un antes y un después en la construcción de proyectos del arquitecto brasileño. El equipo de Oscar Niemeyer, que ayer supervisó el desarrollo de los trabajos, quiere emplear la técnica en otros proyectos. Jair Valera, Carlos Oscar Niemeyer y Ana Lucía Niemeyer -estos dos últimos son sobrino nieto y nieta del centenario arquitecto- visitaron las obras, y ponderaron las cualidades del sistema que permitió dibujar, de un día para otro, la silueta curva del museo. Valera, arquitecto jefe del estudio de Niemeyer y uno de los responsables de la obra asturiana -junto a los ovetenses Javier Blanco y Roberto Alonso- aseguró que es la primera vez que un diseño salido de las manos del brasileño Oscar Niemeyer se construye mediante el sistema «Domo». «No conocíamos ese proceso», afirmó. El propio Oscar Niemeyer siente gran interés por la técnica. «Habla mucho de ese proceso», señaló Valera. El arquitecto tendrá que dar cuenta al centenario artista del avance de las obras. Ayer aseguró: «Los trabajos van bien, avanzaron bastante».

Valera y los dos descendientes de Niemeyer realizaron un recorrido por todo el solar y afirmaron que el sistema empleado para levantar la cúpula del museo es «impresionante» por la rapidez y por el acabado. De hecho, quieren estrechar lazos con la firma propietaria del sistema. «Hemos invitado a la empresa responsable a ir a Brasil, allí se hacen muchas cúpulas», dijo Valera. Hasta ahora, construir una hemiesfera como la que se incluye en el centro Niemeyer de Avilés llevaba un tiempo de entre siete y ocho meses. Utilizando el sistema de membrana basta con tres, por lo que el ahorro es considerable.

La última vez que los brasileños pisaron la ciudad fue hace tres meses. Sin embargo, el arquitecto jefe del estudio de Niemeyer afirmó que a partir de ahora las visitas tendrán que ser más frecuentes, para acompañar el avance de la obra. La fecha prevista de fin de los trabajos sigue siendo el verano de 2010. El único elemento que falta por definir es el aparcamiento, cuya construcción se decidió recientemente. «Hay que pensar que es necesario un aparcamiento, y ahora ya se disiparon las dudas y estamos a tiempo de construirlo», explicó el arquitecto brasileño.

Jair Valera y Carlos Oscar Niemeyer estuvieron en la ciudad varias veces desde que se presentó el equipamiento cultural; sin embargo es la primera vez que se desplaza desde Brasil Ana Lucía Niemeyer, directora de la Fundación Oscar Niemeyer. Los tres brasileños aseguraron que Oscar Niemeyer, ya centenario, se encuentra perfectamente de salud y que sigue trabajando cada día en sus proyectos. Actualmente prepara un museo para las islas Azores (Portugal), así como una biblioteca para Argel y una plaza en Kazajistán, pero no por ello pierde de vista el equipamiento cultural que lleva su nombre y que ya comienza a cobrar forma en la margen derecha de la ría avilesina.



”Je cherche toujours à inventer”
febrero 15, 2009, 4:22 pm
Filed under: Uncategorized | Etiquetas:

Il est, avec le «roi Pelé», le plus grand mythe vivant du Brésil. C’est un monstre sacré dont l’architecture aux courbes sensuelles a révolutionné l’art de la construction. Aujourd’hui, «l’architecte de Brasilia» (et du siège du Parti communiste français) fête ses 101 ans! Et il travaille encore tous les jours à son bureau de Rio de Janeiro. C’est là, à l’aplomb de la plage incurvée de Copacabana, que le«maître» recevait l’année dernière L’Express, à l’occasion de son centenaire.
Diaporama
”Je cherche toujours à inventer”
Cliquez sur l’image pour découvrir quelques unes des réalisations d’Oscar Niemeyer et la rencontre avec Niemeyer commentée par Axel Gyldén.

Le mois prochain, le 15 décembre exactement, vous fêterez votre 100e anniversaire, après plus de 500 projets et près de 200 réalisations dans le monde entier. C’est considérable. Et ce n’est pas fini!

En effet. Beaucoup de projets sont lancés et certains chantiers sont en cours, par exemple, à Niteroi, sur l’autre rive de la baie de Rio, où un théâtre populaire, un musée du cinéma et la fondation Oscar Niemeyer viendront s’ajouter au musée d’Art contemporain (en forme de soucoupe volante) et à l’embarcadère pour les ferrys déjà existants. A Brasilia, la construction d’un ouvrage monumental est sur le point d’être lancée. Il s’agit d’une sorte de salle de concert en plein air – mais recouverte d’un toit géant plus grand qu’un terrain de football – destinée à accueillir de 30 000 à 40 000 personnes. A l’étranger, plusieurs projets sont lancés. Notamment en Espagne, avec le centre culturel d’Avilés, un ensemble sinueux lové au bord de la rivière; à La Havane (Cuba), où sera construite une nouvelle ambassade du Brésil; ou encore au Venezuela, où j’ai imaginé pour mon ami Hugo Chavez un monument à la gloire de Simon Bolivar, qui pourrait sortir de terre à Caracas. Sans oublier le Chili, le pays de mes amis Salvador Allende et Pablo Neruda, où l’ancienne prison de Valparaiso sera transformée en centre culturel.
Oscar Niemeyer. Mondialement connu et reconnu – Brasilia, New York, Constantine, Paris… – l’architecte brésilien s’apprête à fêter ses 100 ans.

Ludovic Carême pour L’Express

Oscar Niemeyer. Mondialement connu et reconnu – Brasilia, New York, Constantine, Paris… – l’architecte brésilien s’apprête à fêter ses 100 ans.

N’êtes-vous donc jamais fatigué?

J’ai toujours travaillé beaucoup. Et très vite. Au début de ma carrière, en 1940, le maire de Belo Horizonte, Juscelino Kubitschek, m’a demandé d’aménager un espace de loisirs situé au bord d’un lac, dans le quartier de Pampulha. Il était très pressé. J’ai donc dessiné le plan du casino en une nuit, dans ma chambre d’hôtel. Juscelino a approuvé le projet dès le lendemain. Seize ans plus tard, en 1956, Kubitschek, devenu président de la République, m’a dit: «Oscar, nous avons fait Pampulha; maintenant, nous allons bâtir la nouvelle capitale du Brésil, au milieu de nulle part et à partir de rien.» Il était toujours aussi enthousiaste. Et toujours aussi pressé. J’ai dû dessiner les bâtiments de Brasilia en un temps record. Le théâtre, par exemple, je l’ai conçu pendant les trois jours du carnaval.

Si c’était à refaire, referiez-vous Brasilia à l’identique?

A vrai dire, ce n’est pas moi qui ai conçu Brasilia, c’est mon ami urbaniste Lucio Costa: l’auteur du «plan pilote», c’est-à-dire du schéma directeur de la ville, c’est lui. Pour ma part, ma tâche consistait à dessiner les bâtiments. Rien n’est jamais exempt de défauts ou de critiques. Mais je n’aime pas me concentrer sur l’aspect négatif des choses. Ce n’est pas ma philosophie. Que vous aimiez Brasília ou non, il n’y a pas deux endroits au monde comme celui-là. C’est justement cela qui m’intéresse: pour moi, l’architecture est invention. Je cherche toujours à créer la surprise, à inventer quelque chose d’inédit, si possible avec une pointe de fantaisie, qui suscite l’étonnement, voire l’émerveillement. J’aime réduire les appuis pour libérer l’espace au sol. Ainsi, l’architecture apparaît plus audacieuse, plus libre, plus généreuse.

A quel âge avez-vous su que vous deviendriez architecte?

Ma mère m’a raconté que, tout petit, je dessinais dans le ciel avec mon index. A l’école primaire, j’avais toujours 10 sur 10 en dessin. En fait, c’est par là que j’ai abordé l’architecture. D’ailleurs, j’ai toujours limité mon labeur à la phase de création. Je travaille seul, assis à ma table à dessin. Puis, dès que le résultat est satisfaisant, je transmets les croquis aux ingénieurs. Eux se chargent de la faisabilité et du développement du projet.
”Je cherche toujours à inventer”

Ludovic Carême pour L’Express

Vous avez dit un jour que les nuages étaient l’une de vos principales sources d’inspiration. Comment cela?

Contempler les nuages a toujours constitué ma distraction favorite. J’y voyais des cathédrales, des guerriers, des animaux, des corps de femmes et toutes sortes de choses fantastiques. Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire. Ni la ligne droite, inflexible, créée par l’homme. Ce qui m’attire, c’est la courbe libre et sensuelle. La courbe que je rencontre dans les montagnes de mon pays, dans le cours sinueux de ses fleuves, dans les nuages du ciel, dans le corps des femmes. Tout l’univers est fait de courbes.

Après l’avènement du régime militaire brésilien, en 1964, vous avez longtemps vécu en exil en France. André Malraux vous a facilité l’obtention d’un permis de travail. Quels souvenirs gardez-vous de ce séjour?

J’ai adoré Paris. J’habitais dans les beaux quartiers. D’abord, rue François-Ier, puis sur le boulevard Raspail. J’ai aimé le contact avec les Français. C’est un peuple si aimable et si intelligent. Je me souviens qu’après l’inauguration du siège du Parti communiste français, en 1980, l’ex-secrétaire général du PCF Waldeck Rochet m’a appelé pour me demander l’autorisation d’installer dans son cabinet un vieux bureau qui l’avait accompagné toute sa vie. Quelle délicatesse… Jamais personne ne s’est montré si respectueux de mon travail. Je n’ai jamais oublié. Sur les Champs-Elysées, où se trouvait mon bureau, j’aimais m’asseoir à la terrasse des cafés pour regarder passer les femmes sur leurs hauts talons. J’entends encore le bruit de leurs pas sur le macadam.

Demeurez-vous fidèle à votre engagement communiste?

Evidemment. Et je peux vous dire pourquoi. J’ai la chance d’avoir eu des parents aimants et une enfance heureuse, mais j’ai grandi dans une famille et un environnement bourgeois, conservateurs, pleins de préjugés. Je n’avais que 6 ou 7 ans quand je fus choqué par la façon dont ma grand-mère s’adressait à notre bonne noire. Je crois que je suis né avec une aversion naturelle contre la bourgeoisie et ses privilèges. Lorsque, devenu adulte, j’ai rencontré des communistes, j’ai été immédiatement séduit. C’étaient les meilleures personnes du monde. Des gens simples, idéalistes, qui prônaient l’égalité en toutes circonstances et voulaient améliorer la vie des autres. Ils rêvaient de solidarité, vocable qui correspond à mon idée du bonheur terrestre. Je ne peux pas oublier, non plus, combien le peuple russe a été formidable au cours du xxe siècle. Hélas! le monde s’est un peu vite empressé d’oublier que l’URSS avait libéré l’humanité du nazisme.

Mais comment vous, l’amoureux de la liberté, pouvez-vous être l’ami de Fidel Castro, qui emprisonne des gens à cause de leurs idées?

Quelle chose admirable que la révolution cubaine: un peuple menacé par les Etats-Unis qui se libère de lui-même. Peut-être croyez-vous que la révolution cubaine est terminée? Mais une révolution est un processus continu qui ne termine jamais. Cuba ne peut pas s’offrir le luxe de voir surgir de nouveaux adversaires en son propre sein. Il faut rester vigilant. La lutte continue.
”Je cherche toujours à inventer”

Ludovic Carême pour L’Express

En 2000, le siège du Parti communiste français a été loué pour accueillir le défilé de mode de la maison Prada. N’est-ce pas, à vos yeux, scandaleux?

Cela n’a aucune importance. Cela prouve juste, s’il en était besoin, que les réactionnaires profitent toujours des moindres faits, aussi insignifiants qu’ils soient, pour critiquer les communistes.

Etes-vous riche?

Pas particulièrement. Avec Brasilia, je ne me suis pas enrichi. Je percevais un salaire normal de fonctionnaire de l’Etat. Et tant mieux! Etant si mal payé, je me sentais tout à fait à l’aise, sans contrainte, pour faire ce que je voulais et engager qui bon me semblait. Par la suite, dans mon cabinet d’architecte, j’ai toujours partagé mes revenus équitablement avec mes collègues, ce qui est normal dans la mesure où nous nous répartissons le travail. Disons que je suis suffisamment riche pour m’occuper d’une grande famille et aider des gens dans le besoin, comme certains enfants de mes employés, dont j’ai financé les études.

Que pensez-vous du président Lula?

Lula est un crack, un expert. C’est un homme honnête, décent, qui se soucie du sort du peuple.

Revenons à l’architecture. Quelle est, parmi toutes vos réalisations, celle que vous préférez?

J’aime beaucoup l’université de Constantine (Algérie), inaugurée en 1971, en raison de sa forme en ailes d’oiseau. Et parce que la disposition des bâtiments et des salles de classe oblige les étudiants à partager leurs expériences, à se rapprocher les uns des autres, à mieux se connaître. Par ailleurs, le siège des éditions Mondadori (Milan, 1975), qui ressemble à un temple grec modernisé, est peut-être ma plus grande réussite, avec ses colonnes espacées de manière irrégulière: 5 mètres, 9 mètres, 7 mètres, etc. Cette trouvaille donne à l’ensemble une musicalité qui me réjouit.

Et chez vos confrères, y a-t-il des bâtiments que vous admirez?

Je ne m’exprime jamais sur le travail des autres. Je n’aime pas distribuer des bons points ni établir des classements. Il faut respecter la liberté de chacun et se garder des jugements qui nuisent à la création pure. Si j’ai un conseil à donner aux architectes débutants, c’est d’accomplir ce qui les inspire personnellement et non pas de faire ce que les autres attendent d’eux. Les préjugés et la crainte du qu’en-dira-t-on sont les pires adversaires du créateur, qu’il soit architecte, écrivain ou peintre.

Pardon d’insister, il doit bien exister un bâtiment dont vous n’êtes pas l’auteur et que vous admirez particulièrement…

Celui qui m’étonne le plus, c’est le Parthénon, à Athènes. Réussir une telle ?uvre d’art avec seulement des colonnes et un toit révèle une maîtrise parfaite des proportions.

Quel est, selon vous, le secret d’une existence réussie?

C’est de prendre du plaisir à aider les autres. Et de rester optimiste. Toutefois, c’est vertigineux de réaliser que l’être humain est sans finalité, insignifiant. Car la vie ne dure qu’une minute. C’est juste un souffle. Les gens arrivent sur terre pour raconter leur petite histoire et, quand ils disparaissent, tout le monde a déjà oublié ce qu’ils étaient venus dire. Jean-Paul Sartre, que j’ai fréquenté à Paris, disait, avec son pessimisme légendaire: «Toute existence est un échec.» C’est une phrase négative qui ne mène nulle part. Mais comme il est difficile de la contredire!

Quel est le secret de votre longévité?

Je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est que je suis ce genre d’animal qui n’est jamais tombé malade. Peut-être est-ce parce que je suis modéré en toutes choses. Je bois peu. Je mange peu. Je ne me dispute pas avec les gens mais cherche, au contraire, à vivre en paix et en harmonie avec eux. J’aime l’amitié, j’aime rire, j’aime faire des blagues. Et j’aime les femmes. Moi, ma devise, c’est: «Une femme à mon côté, et advienne que pourra!»

Y a-t-il, selon vous, quelque avantage à devenir centenaire, quelque chose qu’on pourrait appeler le «privilège de l’âge»?

Vous plaisantez? Il n’y a aucun avantage à vieillir. La vieillesse est une vraie saloperie! C’est pourquoi, même quand la fin est proche, il faut se tourner vers l’avenir.