Noticias de Arquitectura


Rem Koolhaas poursuit sa réflexion sur Dubaï
agosto 31, 2008, 3:51 am
Filed under: Dubai, Koolhaas

Comme Abou Dhabi, Dubaï veut devenir un fleuron de la culture mondiale. L’émirat a confié au Vitra Design Museum et à Rem Koolhaas une exposition sur la «construction d’une culture pour le 21e siècle».

Le monde a les yeux rivés sur Pékin et ses nouvelles réalisations architecturales pharaoniques – ou plutôt impériales. Mais un autre point du globe attire et attirera encore longtemps les bâtisseurs des temps modernes: Dubaï, un des sept émirats de la Fédération des Emirats arabes unis.

Entre Pékin et les anciens déserts du Golfe persique, la course au gigantisme semble infinie: le plus grand aéroport du monde est-il à peine terminé d’un côté (Pékin), que s’ouvre le chantier du futur plus grand de l’autre (Dubaï)…

C’est sur la construction, en cours, d’une nouvelle «culture du 21e siècle» que le Vitra Design Museum de Weil am Rhein (Allemagne) se penche jusqu’à mi-septembre. Les deux commissaires, le Palestinien Jack Persekian et surtout Rem Koolhaas, architecte et théoricien hollandais, sont des stars dans leur domaine.

Tout ou presque a déjà été écrit sur les «méga» projets des cheiks, leurs tours qui pivotent automatiquement pour suivre les rayons du soleil, leurs gratte-ciel qui n’arrêtent pas de pousser, leurs fausses îles et leurs vrais dollars. Mais on pouvait attendre de Rem Koolhaas, jamais avare de provocation, quelque nouvelle perspective.

Trop hétéroclite

Malheureusement, même si ce n’est pas rien, la liste des superlatifs d’arrête à «intéressant». Est-ce le fait du commanditaire – une organisation étatique nommée «Dubai Culture & Arts Authority» créée au début de l’année et dirigée par Michael Schindhelm, ancien directeur du théâtre de Bâle?

Ou est-ce parce que Koolhaas et son agence OMA (Office for Metropolitan Architecture, bureau pour une architecture métropolitaine fondé en 1975) ont déjà livré leur pensée sur le développement des émirats, lors de la Biennale de Venise en 2006, puis sous forme d’ouvrage «Al Manakh» en 2007?

Quoi qu’il en soit, le mélange d’éléments exposés reste trop hétéroclite pour constituer un regard nouveau. Il y a par exemple sept photographes, dont la fille de l’architecte hollandais, Charlie Koolhaas, qui remplit des salles d’images imprimées sur tissu et suspendues en rangs serrés, et trois réalisateurs présentant des courts métrages.
Cadrages assurés

Parmi ces photographies, certaines sont – pour le coup – fascinantes: la série «Held back» de Reem Al Ghaith, (née en 1985) qui se montre toujours en ombre chinoise sur ses images, allie le traditionnel arabe et la modernité extrême dans des cadrages très pertinents.

Autres images passionnantes, celles, d’archives, du bureau établi à Dubaï John R. Harris, qui montrent l’incroyable développement de ce désert construit en moins d’un siècle. L’énorme carte murale annotée par Rem Koolhaas recèle aussi quelques perles sous forme de commentaires drôles, songeurs, voire poétiques.
Quête d’identité

Mais les deux maquettes, si impressionnantes soient-elles (un centre culturel de Zaha Hadid jouant avec les formes organiques des dunes et un projet de théâtre de Koolhaas, qui dirige plusieurs chantiers sur place) ne nous en disent pas beaucoup sur la construction de l’«identité culturelle» des Emirats.

Car Dubaï abrite plus de 200 nationalités, à qui manque encore, dit-on, une identité. Cette exposition, voulue par le pouvoir, est une étape dans l’établissement de Dubaï (comme Abou Dhabi avec son île de musées Saadiyat) comme capitale culturelle.

Mais Rem Koolhaas encourage un regard décomplexé et plus réaliste. «Cessons de présenter Dubaï comme une exception, dit-il en substance, et voyons-la comme une ville ‘normale’, jeune et en train de mûrir.»

Mais la grandeur reprend le dessus: «La ville est plutôt une orchestration intelligente de besoins et d’opportunités qui ont déclenché une authentique culture à Dubaï, écrit encore l’architecte. Et si d’autres civilisations plus établies sont coincées dans des fonctionnements davantage axés sur la confrontation, peut-être Dubaï est-elle en train de découvrir, après tout, la plausibilité inattendue d’une culture vraiment globale.»

swissinfo, Ariane Gigon, Weil am Rhein (Allemagne)

Anuncios

Dejar un comentario so far
Deja un comentario



Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s



A %d blogueros les gusta esto: