Noticias de Arquitectura


Saga – Urbanisme : Montpellier, la ville où les architectes sont rois
agosto 3, 2008, 4:53 pm
Filed under: Uncategorized


Cette semaine, lepoint.fr vous propose de découvrir la transformation urbaine de nos villes, de Montpellier à Metz en passant par Paris.

Pas moins de quatorze chantiers sont en cours à Montpellier. Parmi les architectes mandatés, des pointures internationales, comme Jean Nouvel, Christian de Portzamparc ou Zaha Hadid.

Reçus pour un déjeuner à l’Elysée par Nicolas Sarkozy, le 17 septembre, ces trois architectes stars ont-ils évoqué leurs chantiers de… Montpellier ? Car Jean Nouvel, Christian de Portzamparc et Zaha Hadid sont en train de bâtir dans la ville. Nouvel construit le futur hôtel de ville et pilote l’édification d’un quartier sur 4 hectares autour du bâtiment. Portzamparc plante les Jardins de la Lironde, au coeur de Port-Marianne. Quant à Zaha Hadid, elle a été choisie pour le complexe qui doit abriter les archives départementales de l’Hérault et un centre sportif, dans un nouveau quartier en face de la Paillade.

Les deux premiers trônent parmi les grands noms de l’architecture. Zaha Hadid, elle, est peut-être moins connue du grand public, mais elle a pourtant depuis longtemps rejoint le petit cercle des hauts dignitaires de l’équerre : comme ses deux confrères, elle a été distinguée par le prix Pritzker, le Nobel de l’architecture, en 2004. Cette Irakienne d’origine de 58 ans, formée à Londres, a conçu le Mobile Art de Chanel, le musée nomade Karl Lagerfeld, et dessiné le futur musée Guggenheim de Vilnius en Lituanie-qui devrait être inauguré en 2011. Montpellier sera la deuxième ville française où Zaha Hadid intervient, après Marseille-elle y construit une tour pour l’armateur Jacques R. Saadé.

La marque Frêche

Pourquoi ces stars demandées partout dans le monde signent-elles des bâtiments à Montpellier ? C’est une tradition désormais ancrée, depuis que Georges Frêche a fait appel à Ricardo Bofill pour donner vie au monumental quartier Antigone. Une révolution à l’époque, dans une ville médiévale où s’agrégeaient quartiers et bâtiments sans grande cohérence urbanistique. « Le centre-ville avait subi très peu de changements depuis le Moyen Age, si ce n’est la percée de la rue de la Loge au XIXe siècle , explique François Fontès, architecte montpelliérain qui travaille avec Jean Nouvel sur le nouveau quartier de l’hôtel de ville. Pendant la première moitié du XXe siècle a dominé une vision générique : on construisait ici les mêmes bâtiments qu’à Rennes ou Roubaix. Faire venir des vedettes permet de tirer les autres architectes vers le haut : c’est le signe qu’il y a une volonté politique. » Ce fut la marque des années Frêche. « Antigone donna le premier coup de booster à une ville qui, jusque-là, mis à part l’apport des pieds-noirs en 1962, ressemblait à une bourgade tranquille , dit Philippe Saurel, adjoint au maire chargé de l’urbanisme. L’architecture contribue aujourd’hui au rayonnement de la ville. »

« Archistars »

Quatorze quartiers sont en cours de construction à Montpellier, sur 400 hectares cumulés, et Nouvel, Portzamparc ou Hadid ne sont pas les seuls « archistars » à y sévir. Le Corum est l’oeuvre de Vasconi. Paul Chemetov est l’artisan de la grande bibliothèque Emile-Zola et coordonne le nouveau quartier Saint-Roch. Le Français Marc Lehmann, qui travaille de Shanghai à Tirana, cornaque l’édification du grand quartier d’affaires depuis 2003, sur la route de la mer. Rudy Ricciotti y bâtit un immeuble dans le quartier Jacques-Coeur, tout comme Michel Macary, l’un des architectes du Stade de France, qui, par ailleurs, signe un hôtel quatre étoiles près du Corum. « On peut voir actuellement plus de cent grues dans le ciel de Montpellier , s’enorgueillit Philippe Saurel. Et ce n’est pas fini : la ville possède 20 % de réserves foncières disponibles. »

Obstacle, qui n’est pas des moindres : tous ces grands projets se paient. « Le nouvel hôtel de ville , attaque Jacques Domergue, député UMP et chef de file de l’opposition municipale, devrait coûter 130 millions d’euros, et plus encore à cause de l’augmentation du coût des matières premières. Le bâtiment sera très beau, mais est-il nécessaire de s’offrir une mairie de ce prix alors que la plupart des responsabilités sont transférées à la communauté d’agglomération ? »

Argumentation que balaie madame le maire, Hélène Mandroux. « C’est voir les choses par le petit bout de la lorgnette, dit-elle. Il ne faut pas raisonner en termes de compétences, mais en nombre d’agents : la ville en compte 3 000, la communauté d’agglomération, 1 000. L’hôtel de ville actuel date des années 70 : il a fallu désamianter tous les étages, la salle du conseil municipal est trop petite, on a dû multiplier les annexes partout en ville. On ne construit pas une mairie pour aujourd’hui, on bâtit pour les cent prochaines années, dans une ville qui gagne dix habitants chaque jour. » De nouveaux chantiers en perspective…

Anuncios

Dejar un comentario so far
Deja un comentario



Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s



A %d blogueros les gusta esto: