Noticias de Arquitectura


Le musée d’Hollywood sera signé Portzamparc
noviembre 13, 2007, 10:56 pm
Filed under: Le Monde, Portzamparc

LE MONDE | 13.11.07 | 16h57 • Mis à jour le 13.11.07 | 16h57

Rares sont les architectes français à savoir pénétrer le marché verrouillé des Etats-Unis. Christian de Portzamparc, déjà auteur de la tour LVMH à New York et seul Français lauréat, en 1994, du prix Pritzker, le “Nobel” de l’architecture, vient de se voir confier la réalisation, à Hollywood, du Musée de l’Académie des arts et des sciences du cinéma, l’institution des Oscars.

Les bâtiments, séparés par des espaces verts, s’étaleront sur plus de 3 hectares. Un budget prévisionnel de 200 millions de dollars (135 millions d’euros) est prévu pour ce projet décrit par ses commanditaires comme le monument le plus ambitieux “sur l’histoire et l’influence du cinéma mondial”.

Portzamparc a été choisi parmi une centaine d’architectes au terme d’une sélection typiquement américaine conduite par un comité de professionnels du cinéma, parmi lesquels Steven Spielberg. Ni concours ni dessins dans ce type de sélection, mais un dialogue entre les commanditaires et les architectes présélectionnés, avec une visite de l’atelier, des principales réalisations dans le monde et une audition finale particulièrement serrée. Les sélectionneurs ont aussi été séduits par l’exposition consacrée à Portzamparc à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris.

“Ce n’est pas la première fois que je suis amené à répondre à ce type de demande américaine, indique Christian de Portzamparc. Mais je commençais à penser que j’étais l’Européen de service. Pour le coup, je suis tombé sur un groupe de gens particulièrement cultivés.”

Existe-t-il déjà des dessins, des croquis, du futur musée ? “Non, d’ailleurs cela correspond aussi à la façon dont j’élabore mes projets, en essayant de figer les formes le plus tard possible, explique l’architecte. En revanche j’ai essayé de montrer comment on pouvait éclater le bâtiment sur le terrain, pour faire vivre ce quartier ingrat.”

“DANS LA JOIE”

“Tout mon travail, poursuit le Français, est lié au cinéma, et à bien des égards il s’inscrit dans une tendance forte de l’architecture contemporaine. On peut facilement faire le lien entre la progression dans un édifice et les techniques du travelling. J’ai fondé mon argumentaire sur la découverte progressive des espaces, sur l’art du cadrage, sur l’utilisation des surprises de la ville, la lumière, le montage, les séquences du temps et de la vie, la célébration du vivant.”

Sensibles à cette musique hollywoodienne, les représentants de l’Académie n’ont pas été avares de commentaires sur leur passion nouvelle pour l’architecte français : “Nous l’avons choisi dans la joie et à l’unanimité”, a déclaré Sid Ganis, patron de l’Académie, pour qui le musée doit célébrer “la façon dont le cinéma a reflété et modelé la culture mondiale, et avec ce gars-là nous avons trouvé de quoi réaliser enfin notre rêve”. Dans cette logique, le musée s’attachera à expliquer la façon dont les films sont fabriqués, du premier tour de manivelle à la sortie en salle.

L’Académie espère commencer le chantier en 2009, le temps de finaliser le projet et de réunir les fonds privés que demande aux Etats-Unis ce type d’entreprise, et ouvrir le musée en 2012.
Frédéric Edelmann
Article paru dans l’édition du 14.11.07.

Anuncios

Dejar un comentario so far
Deja un comentario



Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s



A %d blogueros les gusta esto: