Noticias de Arquitectura


Architecture bioclimatique : des bâtiments en symbiose avec leur environnement
julio 7, 2007, 1:41 pm
Filed under: Arquitectura sustentable, Francia

Parce que les acteurs de la construction redécouvrent les bienfaits de l’architecture bioclimatique (qui prend en compte l’adéquation entre l’édifice et son site d’implantation), le Moniteur vous présentera cet été, en rubrique “architecture-technique”, neuf réalisations harmonieusement inscrites dans leur contexte…

L’équation est connue : envolée des coûts de l’énergie, épuisement programmé des réserves en combustibles fossiles, émissions de gaz à effet de serre (CO2) à diviser par quatre d’ici à 2050, durcissement des exigences réglementaires en thermique d’hiver et d’été, mise à l’index des bâtiments énergivores, canicules à répétition, etc. Autant de raisons pour repenser l’art de bâtir – en neuf ou réhabilitation – selon une approche bioclimatique, en inscrivant les bâtiments au mieux dans leur contexte et, en premier lieu, dans leur contexte climatique. “Il ne s’agit, ni plus ni moins, que de réinterpréter les principes constructifs qui permettaient à nos ancêtres – pas si lointains – de construire des bâtiments simples et agréables à vivre” souligne Jean-Pierre Oliva, éco-consultant.

Les données du site
De nombreux paramètres se combinent pour gouverner la construction d’édifices confortables en toutes saisons et sobres en énergie pour leur chauffage (ou leur rafraîchissement). Les données du site figurent parmi les plus importantes : une construction est implantée en un lieu précis où les intempéries, le relief, les vents dominants et l’intensité de l’ensoleillement dicteront leurs exigences. A cet égard, le plan-masse et l’organisation spatiale interne de la construction seront notamment conçus en fonction de la course du soleil suivant les saisons : locaux “tampons” peu éclairés au nord (cellier, escaliers, garage, etc.), vérandas et pièces à vivre au sud, lumineuses mais protégées de tout ensoleillement excessif, etc. La réduction de la consommation énergétique passe en effet par une utilisation judicieuse de l’énergie solaire disponible (sous forme de lumière ou de chaleur) en évitant la surchauffe estivale, gage certain d’une coûteuse climatisation. D’où l’importance de l’étude d’ensoleillement initiale qui permettra d’implanter et de dimensionner les éventuelles protections rapportées (velum, canisses, végétaux, etc.) ou plus architecturées (ombrières, débord de toiture, patio végétalisé, brise-soleil, etc.).

Bioclimatique “high-tech”
L’inertie thermique du bâtiment, liée à sa masse (sol et parois), permettra d’amortir les variations de température brutales et contribuera à la restitution lente de la chaleur diurne. Une surventilation nocturne évacuera, le cas échéant, le surplus de calories accumulé dans la journée en zone méditerranéenne. Vasistas, ventelles, grilles de ventilation et de transfert y pourvoiront. Sans oublier une isolation thermique performante, répartie ou par l’extérieur, qui supprimera tout pont thermique en hiver et préservera l’inertie de la paroi. “Il est également possible d’aller vers une approche bioclimatique plus high-tech telle qu’elle se pratique en Europe du Nord, ajoute Jean-Pierre Oliva, en rajoutant des panneaux solaires, un puits canadien avec échangeur de chaleur, etc.” Ce dernier dispositif, encore appelé “puits provençal”, utilise la masse thermique du sol et son inertie pour préchauffer l’air neuf en hiver et le rafraîchir en été. D’autres options peuvent également être mises en œuvre : éolienne, stockage et réutilisation de l’eau de pluie pour l’arrosage ou les WC, petite géothermie, etc. Quoi qu’il en soit, “l’approche bioclimatique vise à réaliser des construction globalement équilibrées, sans rechercher des performances exceptionnelles sur tel ou tel aspect au détriment de tous les autres. Ce qui n’est pas le cas de toutes les démarches environnementales” précise encore Jean-Pierre Oliva.
Jacques-Franck Degioanni

A découvrir dans le Moniteur n°5406 daté du 6 juillet…

Musée et serres botaniques de Bordeaux (Gironde)
Françoise-Hélène Jourda, architecte.

(05/07/2007)

Anuncios

Dejar un comentario so far
Deja un comentario



Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s



A %d blogueros les gusta esto: